faire_son_compost

Faire son compost : tout savoir pour réussir !

Lifestyle / 17.01.2020
BUDDY Created with Sketch.

Vous avez décidé de fabriquer votre propre compost mais vous ne savez pas du tout comment faire ?

Rassurez-vous, cet engrais magique qui fait pousser les légumes en abondance et fait fleurir les plantes comme jamais n’est pas réservé qu’aux jardiniers avertis. Faire le choix du compostage, c’est avant tout dire non aux engrais industriels, réduire la production de déchets, diminuer les allers-retours à la déchetterie et ainsi entrer dans une démarche écologique. L’art de bien composter, ça s’apprend. Nous avons donc rassemblé l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour que votre projet soit fructueux.

 

Qu’est-ce que le compost et comment ça marche ?

Le compost est un fertilisant naturelobtenu par la dégradation de déchets organiques. Ce processus de décomposition a toujours été présent dans la nature et forme ce qu’on appelle l’humus. Le compost est donc une version domestique du humus. Bien mélangés, aérés et en contact raisonnable avec l’humidité, les déchets attirent champignons, insectes, bactéries et micro-organismes qui permettent d’accélérer leur décomposition. Une mauvaise oxygénation, un manque d’humidité ou un manque de matière organique peut altérer la qualité du compost. Il est donc important de veiller à respecter ces 3 conditions pour obtenir un bon compostage. Écologique, économique et utile, la fabrication de compost participe au développement optimal et à la protection des végétaux de votre jardin.

 

Compostage domestique : dans quoi et où faire son compost ? 

Vous habitez en ville et vous vous demandez s’il est possible de fabriquer du compost sur votre balcon ? Vous vous intéressez aux fertilisants naturels et vous aimeriez construire un compost dans votre petit jardin ? La bonne nouvelle c’est que le compostage domestique n’est pas réservé qu’aux maisons de campagnes isolées aux grands terrains. 

Dans quoi faire son compost ?

Bac à compost, lombricompost, compost en tas, composteur d’appartement de nombreuses solutions sont envisageables en vue de faire son compost soi-même. Tout dépend de la taille de votre foyer et de votre jardin :

  • Le composteur : en bois ou plastique, le bac à compost possède généralement un couvercle. Cela permet de confiner les déchets pour éviter la pluie et limiter au mieux les fuites d’odeurs désagréables pour le voisinage ;
  • Le tas de compost : adapté aux surfaces de plus de 1 000 m2 ce type de compostage correspond à un entassement de déchets sur environ 1 m3 d’espace. Plus sujet aux intempéries, il est nécessaire d’y apporter une attention particulière et de veiller à ce que le trop plein d’humidité ou de sécheresse n’altèrent pas le processus de décomposition ;
  • Le lombricomposteur : idéal si vous n’avez pas de jardin, il permet d'accélérer la décomposition des déchets grâce à de petits ouvriers directement placés dans une caisse de compostage divisée en trois parties superposées et communicantes. Les vers se nourrissent de ce que vous jetez à l’intérieur. Leurs déjections se mêlent aux matières organiques et forment en même temps un jus épais que l’on appelle “lombrithé”. Ce dernier peut être récolté grâce au système de compartimentage et utilisé très rapidement en attendant la récolte du compost quelques mois plus tard.

Où faire son compost ?

Si vous optez pour un compostage en jardin, mettez votreinstallation à même le sol pour faciliter l’accès des micro-organismes et des vers aux déchets. Si vous vivez en appartement, vous pouvez diviser l’espace réservé aux déchets en deux et installer votre poubelle à compost à côté de l’autre sous l'évier. Une fois remplie vous verserez le contenu dans un plus gros bac sur votre balcon. Dans tous les cas, préférez un endroit éloigné de votre habitation, ombragé, à l’abris des intempéries et facilement accessible. 

LE SAVIEZ-VOUS ? Le marc de café absorbe les mauvaises odeurs. Très utile pour toutes les personnes qui n’ont pas de jardin et qui veulent construire leur compost en intérieur.

 

Que mettre dans son compost ?

Vous l’aurez compris, tout n’est pas compostable, mais il y a quand même de quoi faire avec tout ce que vous consommez chaque jour. Déchets de cuisine, déchets de maison, déchets de jardin, découvrez les éléments qui peuvent intégrer votre compost :

  • Les matières organiques ménagères : épluchures, fruits et légumes abîmés, coquilles d’oeufs écrasées, croûtes de fromage, marc de café, pain… Les agrumes mettent plus de temps à se décomposer mais vous pouvez les inclure à la liste;
  • Le non alimentaire : filtres à café, papiers toilette, mouchoirs, sacs de course recyclables, … ;
  • La végétation : herbe de tonte, sciure de bois, plantes désherbées, fleurs fanées.

N’oubliez pas de varier les déchets secs avec les déchets humides et de garder un certain équilibre dans vos apports afin d’obtenir le meilleur compost possible.

 

Compost : mode d’emploi

Vous devez attendre que votre compost soit mature pour l’incorporer à la terre, c’est-à dire, d’un aspect homogène qui s’effrite dans la main, de couleur brune et d’une agréable odeur de forêt. S’il n’est pas encore arrivé à maturation, son acidité risque de brûler vos plans au lieu de les fortifier. À ce propos, il est possible d’obtenir du compost rapidement en ajoutant des activateurs de compost à votre mixture. Vous pourrez les trouver dans le commerce sous forme d’engrais minéraux ou bactéries dormantes compatibles avec une démarche de jardinage biologique. Ceci dit, l’activateur de compost naturel existe aussi, alors pourquoi s’en priver ? Une terre riche, des pousses d’ortie ou encore de la fougère peuvent tout à fait faciliter le développement du compost et ainsi le rendre prêt à l’emploi en un tour de main (ou presque). 

Et après ? Comment utiliser le compost une fois qu’il est opérationnel ? C’est en général à l’automne ou en fin d’hiver que l’on prépare son jardin potager à la saison suivante. Pour ce faire, il est conseillé de déposer une légère couche de compost sous la terre. Vous pouvez également en verser au pied des plantes et des arbres toute l’année sous une couche de paillage qui permettra de garder l’humidité dans la zone. Pour le rempotage dans les jardinières, il est d’usage de respecter les proportions ⅓ de compost, ⅓ de terreau, ⅓ de sable. 

Partager