deconsommation-consommer-moins-mais-mieux

Déconsommation : consommer moins mais mieux !

Lifestyle / 26.03.2020
BUDDY Created with Sketch.

Les modes de vie actuels sont incompatibles avec ce que peut nous offrir la Terre. Saviez-vous que nous aurions eu besoin de 2,8 planètes pour couvrir nos besoins en 2019 ?

Un chiffre alarmant qui doit nous pousser à prendre conscience de la situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. La déconsommation relève de cette volonté d’inverser la tendance en s’engageant dans une vie plus simple, de partage et raisonnée. Etsi demain, on consommait moins, mais mieux ?

 

Consommer moins, mais mieux, ça veut dire quoi ?

Consommer moins, mais mieux, ce n’est pas se priver, mais bien acheter de manière raisonnée. C’est une démarche qui nous incite à devenir des consommateurs conscients en prenant l’habitude de nous poser les bonnes questions. De quoi a-t-on réellement besoin ? Est-ce que ce robot dernier cri est indispensable et utile ? N’a-t-on pas déjà ce qu’il faut à la maison ? La déconsommation, amène à nous intéresser véritablement à ce tout que l’on utilise au quotidien et à son impact sur l’environnement. D’où vient cette crème hydratante ? Dans quelles conditions a-t-elle été réalisée ? Quels ingrédients ont été utilisés ? Consommer moins, mais mieux, ça n’est pas arrêter de faire du shopping, mais plutôt de faire le tri dans son armoire avant d’acheter et de privilégier les habits de seconde main chinés sur Leboncoin ou encore Vinted. Découvrez des gestes simples que tout un chacun peut mettre en place dans son quotidien pour consommer moins, mais mieux.

 

Économiser sur l’eau et l'électricité 

Maîtriser sa consommation d’eau et d’électricité ne sert pas simplement les intérêts de notre porte-monnaie. Ce sont deux ressources précieuses que nous devons préserver et donc utiliser à bon escient. On pense par exemple à éteindre les lumières lorsque l’on quitte une pièce. On évite de laisser les appareils électroniques en veille. On privilégie l’électroménager à basse consommation d’énergie et on les fait tourner si possible aux heures creuses. Si vous avez la place d’en installer un dans votre cuisine, optez pour un lave-vaisselle plutôt que de faire la vaisselle à la main, car son utilisation s’avère beaucoup plus économique. N’oubliez pas de dégivrer régulièrement votre congélateur si vous en avez un et testez le mousseur. Cet ustensile permet de réduire le débit d’eau des robinets sans perdre en pression.

 

Moins manger, mais mieux

L’idée de “manger mieux” est un des piliers de la déconsommation. Plus concrètement, comment s’y prendre pour changer nos habitudes alimentaires ? Vous pouvez essayer de vous tourner vers des produits bio, de consommer local et de saison. Les fruits exotiques sont excellents, mais ils voyagent sur des milliers de kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes. Privilégiez les circuits courts comme les marchés de producteurs, les AMAP ou même directement à la ferme si vous en avez la possibilité. C’est une bonne manière de participer au développement de l’économie locale et d’avoir accès à des produits de qualité.

On essaie également de limiter la consommation de viande rouge dont la production a un impact énorme sur l’environnement. Si vous y tenez, vous pouvez vous tourner vers des produits locaux issus de l’agriculture bio ou raisonnée pour vous assurer une traçabilité et des conditions de production en toute transparence

Nous avons également tendance à consommer toujours les mêmes produits de la mer : saumon, flétan, bar, sole, etc. Or certaines ressources sont sur exploitées et les réserves s’épuisent. Il existe pourtant des poissons tout aussi délicieux dont les stocks sont abondants tels que le lieu noir, maquereau ou encore le merlan. Quand vous allez chez le poissonnier, intéressez-vous aux produits issus de la pêche durable et restez attentif aux labels tels que Pêche Durable MSC, France Pêche durable, Pavillon France ou Agriculture Biologique. 

 

Diminuer les emballages et le jetable

Ça n’est plus un scoop, le plastique pollue l’environnement. Pourtant, on en consomme près de 53 kg par an et par habitant. En cuisine, il devient nocif lorsqu’il est en contact avec le chaud. Tous les voyants sont donc au rouge sur l’utilisation du plastique. Vous pouvez privilégier les matières plus durables et solides telles que l’inox, le pyrex, le verre, le bois, etc. Notamment pour la conservation de vos aliments. On oublie également le film alimentaire et on pense aux alternatives zéro déchet type bee-wrap. Vous avez déjà pensé au vrac ? Le principe est d’amener ses propres contenants (tot bags, pots en verre, etc.) ou d’utiliser des sacs en papier recyclables pour faire ses courses. Une bonne solution pour diminuer les emballages plastiques.

On les voit débarquer dans nos épiceries depuis quelques mois, les pailles en inox vous permettront de remplacer les modèles jetables. De même, utiliser des serviettes en tissus et des torchons plutôt que le sopalin à toute occasion limite la production de déchet papier. Saviez-vous qu’un gel douche et un shampoing liquide ne sont à la base que des produits solides mélangés à de l’eau ? L’utilisation des nettoyants en bouteille pour le corps est une habitude de consommation amenée par les industriels. Testez le savon et le shampoing solides, ils sont tout aussi efficaces.

 

Moins gaspiller

Une des premières actions que l’on peut mettre en place pour moins gaspiller est simplement de regarder ce que l’on a dans nos placards et notre frigidaire puis d’établir une liste avant d’aller faire les courses. Un reste de fromage ou de pâte ? Des fruits un peu mûrs ? Du pain dur ? Ils ne sont pas perdus ! Vous pouvez les cuisiner en gratin, en compote et en pain perdu au lieu de les jeter à la poubelle. De même, on ne vide pas l’eau de cuisson et on la réutilise pour arroser les plantes par exemple.

Le compost vous permettra de recycler vos épluchures et de les transformer en engrais naturel pour vos plantes ou votre potager. Pas besoin d’habiter à la campagne pour créer son compost, il existe aujourd’hui des installations spéciales pour les appartements et petites surfaces en terrasse.

 

Ce qu’il faut retenir, c’est que nous ne sommes pas obligés de changer radicalement de vie. Nous n’avons pas l’obligation de manger tout bio ou de culpabiliser si on ne le fait pas. Simplement, si chacun porte sa pierre à l’édifice, quelle que soit la taille de cette pierre, on y gagne tous (et la planète aussi).

Partager