pate_a_tartiner

Les pâtes à tartiner ont tout bon

Nutrition / 17.09.2020
BUDDY Created with Sketch.

Déjà la rentrée ! C’est le moment de préparer des goûters variés et petits déjeuners pour toute la famille. Envie de craquer pour de délicieuses pâtes à tartiner à mettre sur les tartines ?

Encore faut-il bien les choisir car elles sont généralement plus riches en huile et en sucre qu’en noisettes et chocolat ! Conseils pour concilier plaisir, bien être et équilibre.  

 

La pâte à tartiner ? C’est si bon !

Ah la pâte à tartiner tellement délicieuse, non seulement sur des tartines et des crêpes, mais aussi à la petite cuillère ! C’est un vrai souvenir d’enfance qui se perpétue au cours des générations… N’avez-vous jamais été addict à cette pâte à tartiner au petit goût de noisette, chocolat, sucré, fondant à souhait… Quitte à finir le pot sans s’en rendre compte ? 

Reste que la plus célèbre des pâtes à tartiner est non seulement énergétique, riche en matières grasses et en sucre puisque qu’elle contient presque 30% d’huile de palme, du lait écrémé, de la vanille de synthèse et 55% de sucre. De qualité nutritionnelle peu intéressante, une portion* comptabilise en moyenne 85 kcalories.
Du côté positif, elle contient des noisettes riches en fibres, minéraux (manganèse, cuivre, phosphore, magnésium…) et qui sont également source de fer, de potassium de zinc.  

Dommage que le taux de pâte de noisettes ne soit que 13% dans la version classique. De plus, nous savons que l’huile de palme est délétère pour les artères et l’environnement. Il existe cependant de nombreuses pâtes à tartiner, délectables, sans huile de palme. Le taux de noisettes peut varier entre 12 et 40% selon les pâtes. Bien sûr, on préfère celles qui en contiennent beaucoup ! Ces fameuses pâtes à tartiner se déclinent au chocolat noir, au lait et même aux amandes, bien pourvues en magnésium (certaines couvrent 7,5% de nos AJR**). Ensuite, tout est question de goût

 

Décoder les étiquettes

Alléchantes sur la photo, les pâtes à tartiner relèvent des compositions rarement « clean label ». Le sucre et l’huile arrivent généralement en tête de liste. On ne peut que conseiller celles sans huile de palme. Méfiez-vous aussi du terme « huiles végétales » qui revient sensiblement au même puisqu’il s’agit d’huiles hydrogénées c’est-à-dire transformées par un process industriel. 
Parmi les matières grasses, privilégiez les huiles non hydrogénées ou bio. Un grand « Oui » à l’huile de noix ou de colza, bien pourvues en acides gras oméga 3. Le top du top reste le beurre de cacao, matière grasse noble par excellence dans ce type de produit. Idéalement une pâte à tartiner ne devrait pas apporter plus de 15% de matières grasses.

N’oubliez pas : plus le taux de noisettes est élevé, plus le produit sera pourvu en minéraux (magnésium, phosphore…).

Côté sucre, privilégiez le sucre de canne roux.  Il en existe aujourd’hui pour tous les goûts. Privilégiez aussi les pâtes les plus riches en cacao ou en chocolat. 

Dernier point : assurez-vous que le mot « arôme naturel de vanille » figure bien sur l’étiquette. Il s’agit sinon d’arôme de synthèse. 

Enfin les plus engagés opteront pour les pâtes bio labellisées « commerce équitable Max Havelaar ». 

 

La juste quantité 

On le sait : il ne faut pas manger tout le pot, tant pour votre ligne que pour votre santé ! Reste que ce type de produit, quel que soit la marque, ne doit pas être consommé tous les jours et en quantité raisonnable, c’est-à-dire moins de 30g à la fois.

Idéalement, vous pouvez vous accorder 3 petites cuillères (15g) de temps en temps, à la place du beurre et de la confiture. 
Comme il s’agit d’un produit gras et sucré, on l’accompagne au petit-déjeuner ou au goûter de tartines, de fruits (poire, mangue, orange…) pour un apport en fibre et en vitamines, d’un laitage ou d’un verre de boisson aux amandes ou au soja enrichi en calcium. 

 

Faire sa pâte à tartiner soi-même 

Ce n’est pas très compliqué et avec un peu d’entrainement vous pourrez réaliser celle qui vous convient.

Faire fondre 200g de chocolat noir ou au lait avec un peu d’eau. Ajouter 6 cuillères à soupe d’huile de colza ou de tournesol. Ajouter 1 petite boîte de crème végétale (par exemple à l’amande ?) ou 1 verre de lait entier. Ajouter une cuillère à soupe de sirop d’agave. Retirer du feu. Remuer. 

Faire griller les noisettes dans la poêle quelques minutes. Les ajouter à la pâte. Mixer le tout et ajouter progressivement 6 cuillères à soupe d’huile de colza ou de tournesol. Faire chauffer et allonger selon la consistance souhaitée votre gout avec de l’eau ou de la crème végétale ou du lait. Gouter et ajouter du sirop d’Agave au besoin. Une fois la pâte refroidie, la mettre dans un pot.  

Astuce : Bien sûr vous pouvez varier la recette avec du chocolat au lait, du sirop d’érable, une boisson végétale et de la vanille infusée.

 

Des idées de tartines gourmandes et saines 

Pour vivre un moment de pure gourmandise totalement craquant voici quelques idées :  

  • Pour le petit déjeuner, notre préférence se porte sur les «Tartines Spécial Matin Bio Multigraines » Le Pain des Fleurs particulièrement bien pourvues en protéines. Elles contiennent plus de 88% de graines. Elles sont également source de fibres, de magnésium et de fer. A accompagner d’un Kiwi ou salade de fruits et d’un grand verre de boisson au soja enrichie en calcium. 
  • Goûtez les « Tartines craquantes bio à la Coco » Les Pain des fleurs. Elles contiennent 15% de coco et font ressortir le goût de la noisette et du chocolat ! Délicieuses avec des quartiers de clémentines posées dessus au goûter. Dans l’équipe, on adore à l’heure du thé !
recette_tartine_coco

 

 

*Source : Table Ciqual 2018. 
Une portion de pâte à tartiner représente 15g. 
** VNR = Valeurs nutritionnelles recommandées

Partager Facebook Twitter